YANG LING QUAN 34Vb

Par Jean Pélissier professeur de MTC

Yang Ling Quan 34 VB signifie « source de la colline Yang »

C’est le point le plus fréquemment employé, avec le 20VB, de ce méridien.

Dans le Su Wen, il est dit que : « le 34VB est un point très important, car il régit le froid et le chaud, le Yin et le Yang. Toutes les énergies ont leur importance, mais celle de la vésicule biliaire et de son méridien, ont une importance capitale, car c’est elle qui prend la décision finale, puisqu’elle dirige toute l’énergie qui commence à se produire ».

Localisation

Ce point est situé sur la face externe de la jambe, dans une dépression en avant et au-dessous de la tête du péroné.

Il convient de bien palper la tête du péroné, et de trouver cette dépression et bien sûr de ne pas confondre ce point avec le 36E.

Caractéristiques

C’est le point He, inférieur de la VB. C’est donc un des 8 points de confluence, de convergence.

Ce sont les points où s’accumule l’énergie des entrailles Yang (He, voulant dire accumulation ou réunion). « Les entrailles ne font que transmettre les essences alimentaires, sans les conserver. L’évacuation vers le bas conditionne leur bon fonctionnement. S’il y a stagnation se crée un état Shi. Les points He permettent de le dégager ».

C’est le point de réunion des tendons, Jin Hui Xue.

On se rappelle qu’il existe huit points de réunion qui permettent la régulation et l’équilibre du Yin Yang. De même, il y a huit merveilleux vaisseaux qui assurent la régulation des méridiens Ces huit points permettent de réguler les organes, les substances et les tissus.

C’est un des 5 points Shu, l’endroit où l’énergie entre en profondeur pour se joindre aux viscères.

C’est le point He, Terre. Je vous rappelle que les points Shu antiques, wǔ shū xué; 五输

穴, sont les points de commandes ou points des cinq éléments. Le point He(hé; 合), signifiant « joindre »

En intervenant sur ces points, il est possible d’arrêter la progression des Xie qi, des agents pathogènes, mais aussi de traiter les organes internes.

C’est un des 12 points « Étoiles de Ma Da Yang » qui étaient donc considérés comme les points les plus importants du corps.

Fonctions thérapeutiques

-Il favorise la circulation dans la vésicule biliaire, Li Dan quand il est travaillé en dispersion. On dit alors qu’il « purifie le Foie et la V.B. »

-Toujours en dispersion, il élimine l’humidité, il soulage les tendons, les détend, les renforce et assouplit les articulations.

-Il élimine les stases.

-Fait circuler l’énergie.

-Quand le Feu du Foie « brûle les poumons », il préserve le Yin des Poumons.

Principales indications

-Hémiplégie, Ban Shen Bu Sui.

-Douleurs de l’épaule, Jian Tong, périarthrites scapulo-humérales.

-Atrophie et paralysie des membres inférieurs

– Paresthésie, Ma Mu

-Douleurs et gonflements de la rotule.

-Douleurs au niveau des aisselles et des flancs.

-Bouche amère, Kou Ku.

-Vomissements, Ou Tu.

-Ictère, Huang Dan.

-Convulsions infantiles, Xiao’er Jing Feng

-Maux de tête, acouphènes, surdité.

Quelques applications

*Dans le Nan Jing, le « canon des difficultés », Yang Ling Quan est le point de réunion des tendino-musculaires.

Il convient de prendre ce point en cas de maladies des tendino-musculaires »

*Jia Yi Jing:« en cas de contracture des tendino-musculaires, prendre le Yang Ling Quan».

Je vous rappelle que les tendino-musculaires sont en étroite relation avec les 12 méridiens, c’est pourquoi il y en a 12.

La plupart de leurs trajets sont identiques aux méridiens, mais ils représentent un autre système circulatoire qui assure les mouvements du corps.

Ils ne couvrent que la surface du corps et servent de liaison entre les tendons, les muscles, les os et les articulations.

Par ailleurs ils n’entrent pas dans les organes comme les méridiens.

*Dans le Su Wen, au chap. 10, il est dit : « les tendino-musculaires sont tous en liaison avec les articulations. En cas de lombalgie aiguë, le travail sur ce point peut donner un résultat quasi instantané. Il peut désobstruer les problèmes des tendino-musculaires, et dégager les Luo, les ramifications ».

*Le massage ou la puncture du 34VB peuvent donner des résultats spectaculaires en cas d’entorse externe de la cheville

*En médecine moderne, on s’est rendu compte qu’une radiographie dynamique prise pendant le travail sur le 34VB augmentait la contraction du sac biliaire et ce 10’ après l’obtention du Qi

Quelques combinaisons de points

*Le 34VB et le 9Rt, Yin Ling Quan :

Cette combinaison est indiquée dans les douleurs de genoux quand elles sont autour de l’articulation.

En cas de douleurs musculaires et osseuses, il faut associer ces points aux points qui tonifient le Foie et les Reins.

Yang Ling Quan et Yin Ling Quan, le 9Rt se situent en bas, des deux côtés du genou. Il s’agit donc de deux points locaux.

Yu Long Ge, « le chant du dragon de jade » dit : « En cas de He Xi Feng genou de grue causé par le vent avec rougeur et tuméfaction, le 34VB est bon pour attaquer, le 9Rt en puncture transperçante donne un meilleur résultat. Ensemble ces deux points font disparaître la rougeur et la tuméfaction ».

*Le 34VB et le 20DM, Ba Hui

 

 

L’ensemble de ces deux points traite les bouffées de chaleur par montée à contre- courant de l’énergie de la VB causée soit par une augmentation du Yang du foie ou un vide du Yin des Reins et du Foie.

 

*Le 34VB avec le 2F, Xin Jian traite les tremblements des membres inférieurs, dans les syndromes Vent interne par vide de sang.

 

 

*La combinaison 34VB avec le 3F, Tai Chang, a une action très puissante pour calmer les crampes au niveau des membres inférieurs.

 

ABSENCE

ABSENCE  DE COURS EXCEPTIONNELLE 

Martine sera absente à partir du 11 décembre.

Nicole assurera les cours du 11 et 18 décembre.

Les cours des 12, 13, 19 et 20 décembre ne seront pas assurés.

DA ZHUI 14DM

Da Zhui signifie « la grande vertèbre ».

En effet ce point se situe au niveau de C7 qui est la vertèbre la plus saillante du haut du dos, lorsque l’on fléchit la tête en avant.

C’est le point par excellence qui devrait venir à notre esprit, quand il s’agit de renforcer le Yang de l’organisme, quand il est en manque, et pour le réguler quand il est en excès.

Nous allons voir que c’est un des grands points de longévité, car il permet de prévenir entre autres l’ostéoporose et qu’il stimule le Yang de l’ensemble du corps.

Localisation

Da Zhui est sur la ligne médiane postérieure, dans une dépression sous l’apophyse épineuse de la septième vertèbre cervicale.

Caractéristiques

C’est le point de jonction, Jaio Hui entre le méridien Du Mai et les trois méridiens Yang de la main et du Pied.

C’est aussi le point mer du Qi, de l’énergie avec le 15DM et le 9E.

Fonctions thérapeutiques

-Il chasse la chaleur en sédation et chasse le froid en tonification.

-Il libère la surface, le Biao.

-Il chasse les perversités, les Xie Qi. On dit qu’il soutient l’énergie correcte (Zheng Qi) et disperse les agents pervers (Xie Qi).

-Il supprime les bouffées de chaleur.

-Il fait circuler l’énergie du Du Mai.

-Il calme l’asthme.

-Il apaise le Shen, l’Esprit et stimule le cerveau.

Principales indications

-Affections liées à un excès de chaleur (Re Bing).

-Insolation.


-Syndrome paludéens (Nuê Ji)

-Sensation d’irradiation de chaleur à partir des os.

-Transpiration nocturne.

-Crainte du froid (Zhou Shen Wei Han).

-Rhume (Gan Mao).

-Inflammation oculaires, avec rougeur, gonflement et douleur.

-Maux de tête avec raideur de nuque.

-Syndrome épileptiformes (Dian Xian).

-Toux dyspnéique (Ke Chuan).

-Troubles psycho maniaco dépressifs (Dian Kuang).

-Eczéma.

Quelques applications

*Une saignée au niveau de ce point permet d’agir très efficacement sur les phénomènes de chaleur.

*Inversement, une moxibustion permet de réchauffer le Yang et de traiter la crainte du froid généralisé.

*Le méridien Du Mai pénètre dans le cerveau. D’autre part Da Zhui est proche du poumon et du cœur. Ce point va donc traiter la toux dyspnéique et les syndromes épileptiques.

*Les recherches modernes ont montré que Da Zhui possède un effet régulateur sur la glande thyroïde et le système immunitaire.

*Selon le chapitre 60 du Su Wen : « En cas d’alternance de frisson et de fièvre, il faut d’abord chauffer Da Zhui avec le même nombre de cônes que le nombre d’années du patient »


*Selon Wang Qi Cai, il est dit, qu’en tant que point de jonction et de croisement des méridiens Yang, en y faisant fréquemment de l’acupuncture, de la moxibustion, du massage, de l’aiguille à fleur de prunier, de l’application de ventouses, cela permet :

-De faire circuler le Yang de l’ensemble du corps.

-De chasser et disperser le froid

-D’accroître la vitalité du corps.

*C’est un point qui est étroitement lié à la croissance de l’os. Il est très intéressant à travailler pendant le développement osseux de l’adolescent et il prévient et arrête l’ostéoporose chez les personnes d’âge moyen et avancé.

*La stimulation fréquente de ce point permet également de réguler le système nerveux, de prévenir et de traiter l’H.T.A., de prévenir Zheng Feng (l’A.V.C.).

*On peut facilement trouver au niveau de ce point un coussinet adipeux. Il s’agit d’une accumulation de Tan consécutive à une faiblesse de Yang des Reins incapable de réguler le métabolisme de l’eau.

Cela va souvent de pair avec un excès de poids et des problèmes respiratoires, une tension trop basse, des douleurs abdominales, des selles molles.

On peut alors utiliser le moxa dans la zone du point pendant 3’. On peut aussi masser très profondément cette zone en combinaison avec le 4RM, Ming Men.

Quelques combinaisons de points

*Le 14DM avec le 20VB, Fen Chi

points 20Vb

-C’est une très puissante combinaison pour calmer l’énergie du Foie et arrêter le Vent pour prévenir entre autres les rechutes d’A.V.C.

En effet, Da Zhui communique directement comme nous l’avons déjà dit avec le cerveau. C’est un point particulièrement efficace pour traiter les vertiges et les maux de tête causés par le vent du foie. Quant à Feng Shi, il peut surtout disperser le Vent en rétablissant un bon fonctionnement de la tête et des yeux.

-Ce couple de points permet aussi de prévenir une crise de Zhong Feng chez les personnes atteintes de diabète. Mais aussi les rechutes épileptiques en dis- persant le Vent et en éliminant le Tan.

Il permet de disperser le Vent et de calmer la crise d’asthme, de débloquer le poumon. et d’arrêter la toux.


-Ce couple de points relâche les Jin, les tissus tendino-musculaires et active le sang. Il est donc très intéressant en cas de contractures des trapèzes entraînant raideurs et douleurs cervicales, mais il agit aussi sur les douleurs et les courbatures lombo-dorsales.

-Le massage de ces deux points renforce l’organisme contre les atteintes externes (Rhume, grippe…).

*Le 14DM avec le 8RM, Shen Que

Ce couple de points est très puissant dans le traitement de l’acné.

On applique une ventouse pendant 10’ sur le 8RM. Le 14DM est d’abord massé jusqu’à ce que la peau devienne rouge et chaude. Ensuite avec une aiguille triangulaire on fait une petite saignée de quelques gouttes de sang (on peut alors augmenter l’effet avec une ventouse). Une séance doit être pratiquée tous les 4-5 jours. Une cure consiste alors à faire 3 séances.

La ventouse sur le 8RM renforce et harmonise l’estomac. C’est l’endroit le plus primitif du corps par lequel celui-ci absorbe les éléments nutritifs pour se développer. Le 14DM lui sert à disperser la chaleur des méridiens Yang en l’empêchant de monter jusqu’à la face.

 

SAN YIN JIAO 6Rt

San Yin Jiao 6Rt    par Jean Pélissier professeur en MTC 

San Yin Jiao signifie « croisement des 3 Yin ».

Il s’agit du croisement des trois méridiens Yin du pied.

Nous allons voir que ce point est très important pour traiter tous les symptômes du foyer inférieur.

Son champ d’application est très large. C’est un des points maîtres en gynécologie.

D’après les statistiques, San Yin Jiao fait partie des points le plus souvent utilisés. Pour des effets prophylactiques on peut soit le poncturer, soit le chauffer au moxa ou le masser.

Localisation

Il est situé à la face interne de la jambe, à trois distances du sommet de la malléole interne, en arrière de la partie interne du tibia dans une dépression au bord de l’os.

On doit bien sentir une petite encoche sous le doigt et ce point est très souvent douloureux à la palpation.

Caractéristiques

C’est le point de Réunion des méridiens de  la Rate, Zu Tai Yin,
et du Foie Zu Jue Yin et des Reins, Zu Shao Yin. On l’appelle encore « point Luo de groupe des Yin du membre inférieur »

Fonctions thérapeutiques

  • Il renforce la Rate et draine l’humidité.
  • Il tonifie la Rate qui renforce le Qi du poumon.
  • Il tonifie le Foie et renforce les Reins.
  • Il élimine les éléments impurs et l’humidité par la diurèse.
  • Il harmonise le sang.

  • Il traite les problèmes du petit bassin.
  • Il soutient le travail de transport et de transformation de la rate.
  • Il désobstrue les méridiens et active les Luo.

Principales indications

  • Irrégularités menstruelles, Yue Jing Bu Tiao
  • Douleurs menstruelles, Tong Jing
  • Hémorragies utérines, Beng Lou
  • Pertes blanches et rouges, Chi Bai Dai Xie
  • Aménorrhées, Jing Bi
  • Grosseurs abdominales, Zheng Jia
  • Prolapsus du col utérin, Yin Jing
  • Difficulté de l’accouchement, Nan Chan
  • Stérilité, Jiu Bu Cheng Yun
  • Impuissance, Yang Wei
  • Éjaculation précoce, Zao Xie
  • Hernie, Shan Qi
  • Énurésie, Yin Nia
  • Blocage urinaire, Niao Bi
  • Œdème, Shui Zhong
  • Dysfonctionnement urinaire, Xia Bien Bu Li
  • Faiblesse de la Rate-Estomac, Pi Wei Xu Ruo
  • Borborygmes, Chang Ming
  • Distension abdominale, Fu Zhang
  • Diarrhée, Xie Xie
  • Eczéma, Shi Zhen
  • Urticaire, Xun Ma Zhen
  • Insomnie ; Shi Mian
  • Céphalées, Tou Tong
  • Vertiges, Tou Yun
  • Douleurs rhumatismales du pied.

Contre-indication

Ce point est à éviter chez les femmes enceintes.

Quelques fonctions thérapeutiques

*C’est un point très important en gynécologie. C’est même le point le plus important.

*Ce point peut à la fois reconstituer les états de déficience et disperser les états de plénitude. Il abaisse les éléments Yin impurs et en même temps, fait monter le Qi et le sang jusqu’à la tête. Il va avoir une action très importante sur les maux de tête:

-En cas de céphalées latérales ; utiliser le 6Rt du même côté.

-En cas de maux de tête bi-latéraux ou diffus dans l’ensemble de la tête, prendre le 6Rt des deux côtés.

 

Le LITCHI

Le LITCHI

par Jean Pélissier professeur en MTC

Le Litchi de Chine, se nomme Li Zhi en chinois.

Il provient d’un arbre fruitier de la famille des Sapindaceae qui est une plante tropicale. C’est un arbre qui peut atteindre jusqu’à 15 mètres de haut et vivre plusieurs centaines d’années. Chaque arbre peut alors donner de 100 à 150kg de fruit par an !

C’était un fruit purement asiatique, mais qui est maintenant consommé et connu de tous.

La partie comestible en tant que fruit est l’arille très juteux, c’est-à-dire l’enveloppe charnue qui se développe autour du noyau. Il fait partie de la même famille que le longane ou longani et le ramboutan ou le « litchi chevelu ».

C’est une sphère de 3-4cm de diamètre, parfois en forme de cœur entourée d’une enveloppe coriace d’aspect écailleux qui prend une couleur rose à rouge à maturité.

Sa culture en Chine remonte à plus de trois mille ans. Ces origines sont mystérieuses. Certains disent qu’il vient de la province de Guangdong, d’autres du Sichuan. C’était un fruit très apprécié, et même vénéré des empereurs chinois. Des messagers spéciaux devaient se relayer nuit et jour pour livrer les fruits les plus frais possible du Sud vers le centre pour les caprices d’une reine. D’où un proverbe chinois : « rapide comme un courrier de litchi »

Il est considéré comme fruit porte-bonheur. Il est coutume d’offrir ce fruit au moment du Nouvel An chinois.

À la moitié du 18e siècle, il fut importé à l’île de la Réunion, puis à Madagascar. En dehors de la Chine, ce sont ces deux îles qui sont les principaux producteurs de ce fruit très goûteux. Mais il est aussi importé d’Indes et des Philippines.

Il est dit que c’est un fruit, qui aide à nous faire supporter l’hiver, et ce, du fait de sa nature tiède en MTC. On le trouve très facilement chez nous de novembre à février.

Dans l’antique médecine chinoise, toutes les parties de l’arbre sont utilisées en pharmacopée. Mais pour ce qui nous intéresse ici, c’est le fruit qui est très connu pour ses propriétés diurétiques, fébrifuges, astringentes et antalgiques. Il soigne les maux de gorge, favorise le transit intestinal et améliore la digestion.

Que dit la médecine chinoise ?

Le Litchi est de nature Tiède et de saveur Douce et Acide.

Nous savons que les aliments de nature tiède réchauffent l’organisme et stimulent les fonctions vitales. Ils conviennent parfaitement par temps froid. Ils conviennent quand des signes de froid sont présents dans le corps, comme les mains et pieds froids, ou en cas de paresse intestinale par « froid interne ».

La saveur douce permet d’harmoniser, d’humidifier et de nourrir le corps. Elle appartient au logiciel Rate-pancréas. La saveur acide qui est à mettre en relation avec le Foie permet « d’absorber », de retenir et de « consolider » les liquides du corps.

Les organes méridiens où vont se diriger principalement ses effets sont ceux :

  • De la Rate
  • Du Foie

Ces actions principales sont :

  • De produire les liquides organiques
  • Il est dit qu’il est utile au sang
  • De réguler l’énergie, le Qi
  • De calmer les douleurs.

En pharmacopée chinoise Li Zhi est utilisé en cas de :

  • Soif excessive
  • Éructations fréquentes
  • Douleurs gastriques
  • Difficultés à digérer
  • Nausées et vomissements
  • Furoncles (application locale)
  • Douleurs dentaires dues au Feu du Vent.
  • Adénites
  • Hémorragies externes post-traumatiques (application locale)

*Dans le Shi Liao Ben Cao il est dit : « Li Zhi aide la mémoire et l’intelligence et tonifie le Qi ». En ayant une action directe sur l’énergie de la Rate, il permet en effet de réguler celle-ci. Or il est dit en MTC que l’énergie de la Rate gouverne les pensées, mais aussi la concentration qui est une première étape vers la mémorisation. D’autre part, la Rate qui est le chef d’orchestre de la digestion du bol alimentaire est la source de la production de Sang et d’énergie dans l’organisme.

*Dans le Ming Mu : « Il favorise l’éclosion des maladies éruptives chez les enfants». C’est un rôle très important. Ceci est dû en partie à sa saveur, mais aussi, selon la théorie des signatures à sa couleur rouge qui se dirige vers le sang.

*Dans un autre compendium, le Quan Zhou Ben Cao, il est dit : « Les litchis tonifient le Yang et sont utiles au Qi. Ils tonifient le foyer moyen (rate-estomac) et clarifient les Poumons. Ils produisent les liquides organiques et désaltèrent. Enfin ils adoucissent la gorge ».

*De la pulpe de litchi (l’équivalent de 5 fruits) appliqué une heure par jour pendant un mois est très efficace contre les rhumatismes du genou.

Que disent les recherches modernes ?

*C’est une excellente source en Vit.C. Par là même, il a un rôle antioxydant non négligeable et il diminue le stress oxydatif. La vit.C maintient l’intégrité de la peau, aide à la cicatrisation des plaies, protège les cellules contre le vieillissement prématuré causées par les radicaux libres et favorise les fonctions immunitaires.

*C’est une grande source en potassium qui permet de maintenir l’équilibre acido-basique dans le corps, de contrôler le pH à l’intérieur des cellules. Mais aussi il participe au bon fonctionnement des reins et des glandes surrénales. Il diminue l’apparition des maladies cardio-vasculaires et est essentiel dans les mécanismes de constructibilité musculaire.

* Il est conseillé aux femmes qui suivent un régime pour perdre du poids. Il stimule la production de collagène qui est responsable de l’élasticité de la peau. Il régénère également les cellules épidermiques. De plus, il est recommandé aux femmes enceintes et aux enfants en pleine croissance, afin d’aider leur développement grâce à ses nutriments. 

*Grâce à sa propriété stomachique, il s’avère efficace pour lutter contre les douleurs de l’estomac tout en régulant l’appétit. D’un autre côté, les fibres facilitent le transit intestinal.

Mode d’utilisation

*Dans la pharmacopée traditionnelle, en usage interne on pourra faire une décoction de 5 à 10 fruits. On peut aussi griller ces fruits et en fabriquer une poudre. Pour augmenter leur nature « Yanguisante », on pourra aussi les préparer dans de l’alcool.

*En application externe locale, on pourra utiliser la poudre mouillée, ou le broyat du fruit.

*On peut aussi utiliser le noyau de litchi qui est doux, âpre et tiède. Il s’appelle alors Li Zhi He. Il entre aussi dans le méridien du Foie, mais aussi des Reins. Il « tiédit » donc le foyer moyen, harmonise le Qi, calme les douleurs et chasse le froid pervers.

Il est alors indiqué dans les douleurs épigastriques chroniques et récidivantes, les douleurs herniaires, les douleurs par stagnation de sang et d’énergie au niveau du Foie, lié à des émotions intériorisées, surtout chez les femmes. Il est contre indiqué en cas d’humidité-froid interne avec diarrhées.

La posologie est de 10-12gr par jour en décoction. Il entre dans la pharmacopée chinoise dans la composition de nombreuses pilules et poudres.

*Mais bien sûr le litchi peut se manger comme n’importe quel fruit. Il peut se consommer tel quel, mais entre aussi dans la composition de nombreuses recettes. Sa chair peut être mixée. Attention de ne pas consommer trop de jus, car cela risque de se retourner contre l’organisme.

*Frais, à température ambiante, il faut le consommer dans les 48h, sinon il fermente et devient acide. Il peut se conserver au réfrigérateur dans un sac en plastique perforé pendant plusieurs semaines, ce qui est rarement le cas, car il est difficile d’y résister !  Pour le consommer, on retire la coque avec les doigts ou un couteau en prenant soin de ne pas couper la chair.

*On peut aussi le trouver en conserve

*Les litchis séchés peuvent être dégustés comme des raisins secs ou ajouter dans certaines boissons à la place du sucre.

Contre-indications

Il convient de ne pas en consommer en excès en cas de Feu dû au vide de Yin, par exemple en cas de bouffées de chaleur.

L’abus de litchi  peut augmenter les phénomènes de chaleur, les inflammations. En trop grande quantité, il peut donner des gingivites et des épistaxis.

Conclusion

Une fois n’est pas coutume, nous avons là un fruit qui était purement chinois. On le retrouve d’ailleurs dans de très nombreux compendiums de pharmacopée traditionnelle.

C’est un fruit qui a su s’exporter dans le monde entier, et qui ne laisse pas indifférent nos papilles gustatives.

Oui, mais qui dit plante médicinale sous-entend évidemment quelques règles à suivre quant à sa consommation : pas après un repas, mais entre.

Attention au quantitatif, et éviter d’en prendre tous les jours.

 

La Pratique du Qi-Gong

La pratique du Qi Gong      par Jean Pélissier professeur de MTC

 

En quoi la pratique des Qi Gong diffère-t-elle d’un simple exercice de gymnastique ?

On peut considérer qu’il y a trois niveaux dans la pratique d’une série de Qi Gong.

Le premier niveau peut effectivement nous faire penser à un mouvement de gymnastique. Le but alors n’est pas obligatoirement de renforcer la masse musculaire, mais avant tout de conserver la souplesse des articulations.

Nous savons que la source première de quasi toutes les pathologies internes est à mettre en relation avec ce que l’on appelle en M.T.C. une « stagnation de sang et d’énergie », génératrice de la trilogie : Rubor, Calor, Dolor : inflammation, gonflement et douleur.

Nous avons vu aussi que la surface de l’organisme est mise en relation avec les organes internes grâce aux fameux méridiens énergétiques.

La conservation de la souplesse des articulations, grâce à une pratique régulière d’une série de Qi Gong, va avoir un retentissement direct sur le fonctionnement des organes internes.

En effet une stagnation au niveau des organes va favoriser une raideur au niveau des articulations. Inversement, une libération des articulations va permettre de débloquer les organes internes.

Un exemple type parmi tant d’autres :

À force d’émettre en permanence de la colère qu’elle soit intériorisée ou extériorisée, une tension va se produire le long du méridien de la vésicule biliaire, qui passe, entre autres au niveau du cou.

Une raideur va s’installer dans cette région pouvant dégénérer vers des problèmes de cervicalgies chroniques ou aiguës, des brachialgies, des inflammations du canal carpien et j’en passe.

Si au quotidien, grâce à certains mouvements, on conserve la souplesse des cervicales, localement, il n’y aura plus de douleurs, mais cela aura aussi un impact direct sur la libération de sang et d’énergie au niveau du «
logiciel foie ».

Cela sous-entend :

qu’une bonne série de Qi Gong doit être à même de faire travailler au cours d’une même séance, toutes les articulations, agir sur tous les méridiens et de ce fait agir sur les cinq logiciels organes.

C’est d’ailleurs ce que l’on retrouve dans toutes les grandes séries traditionnelles (les huit embellissements, les cinq animaux, etc..).

Si on en reste à ce premier niveau, à savoir donc celui de la conservation de la souplesse des articulations, une série de Qi Gong serait un « banal » exercice de gymnastique.

Allons donc plus loin. Nous avons tous remarqué que la pratique d’une série se faisait très lentement. Ce qui d’ailleurs dérange souvent l’Occidental pour qui tout doit être fait et obtenu de façon

« speed ».

La raison de cette lenteur vient du fait que lors de la pratique, le mouvement est totalement dirigé par la respiration. Or, comme la respiration est lente, le mouvement est lent. Expansion-contraction, dilatation-concentration, ouverture-fermeture, inspire-expire, à l’instar d’un soufflet de forge, la respiration va devenir le moteur de la libre circulation du sang et de l’énergie dans l’organisme.

Un quart d’heure de pratique quotidienne de Qi Gong va générer une centaine de respirations conscientes. C’est autant de pris pour favoriser la recharge de notre batterie des reins.

Donc, la deuxième étape du Qi Gong, c’est d’être une pratique purement basée sur la respiration, extraordinaire moyen d’apprendre à vivre en pleine conscience chaque instant présent.

Il existe un troisième niveau dans la pratique. Une fois le mouvement bien assimilé, une fois la respiration bien installée, la pratique du Qi Gong va devenir une véritable pratique de méditation en mouvement.

L’observateur extérieur ne va percevoir qu’une pratique exotérique, mécanique. Le pratiquant, lui, est déconnecté de son espace-temps. Il se crée à ce moment-là un entonnoir qui va mettre en relation la sphère de son conscient avec son subconscient le plus profond, que certains assimilent au « Hun » de la médecine chinoise.

Chacun d’entre nous possède au plus profond de lui, de multiples dons. Et ces dons peuvent « remonter à la surface » au cours d’une pratique régulière. Mais sans aller si loin, cette pratique quotidienne va vous permettre d’arrêter votre ordinateur central, de mettre fin à l’excès de pensées qui envahissent votre écran radar. Petit à petit, vous allez apprendre à vivre en pleine conscience et par là même redevenir le général en chef du fonctionnement de votre corps. Grâce à « ici et maintenant », je suis capable de m’arrêter à la première image d’une colère et éviter de déclencher un tsunami mental, professionnel ou familial…

Le Poireaux

Le Poireau   par Jean Pélissier professeur en MTC

Le poireau, Jiu Cong en chinois, Alliium porrum est une plante herbacée vivace. Il appartient à la famille des Amaryllidacées.

Le poireau a de longues feuilles engainantes, opposées, plates, vert sombre ou vert jaunâtre, plus ou moins larges. La base des feuilles emboîtées forme une pseudo-tige appelée « fût » dont la partie enterrée et blanche et la plus appréciée. Les fleurs, blanc verdâtre, apparaissent groupées en ombelle au sommet d’une tige florale dressée, la deuxième année.

Il est originaire du Moyen-Orient et du Sud-Ouest asiatique. Cultivés depuis plus de 4000 ans, les poireaux étaient largement consommés par les Égyptiens, les Chinois, les Grecs et les Romains pour leur valeur médicinale.

C’est un légume capable de soulager les troubles respiratoires, mais c’est aussi un « tonique de la sexualité » qui réchauffe les Reins. Sa capacité de purifier et d’être diurétique lui permet d’éliminer l’acide urique et de soulager la goutte et l’arthrite.

C’est l’emblème protecteur du Pays de Galles.

C’est un des huit légumes les plus consommés dans le monde. On le trouve toute l’année sur nos étals des marchés. Bien cuit, c‘est un aliment très facile à digérer et qui entre dans tous les régimes.

Que dit la médecine chinoise ?

Le poireau est de nature Tiède et de saveur Piquante.

La nature tiède a comme action de réchauffer l’organisme, de stimuler les fonctions vitales. C’est une nature qui convient lors des premiers frimas de l’automne, lors de sensation de froid dans le corps avec un ralentissement des métabolismes.

La saveur piquante qui appartient au Poumon a une action dispersante et sudorifique. Elle fait circuler l’énergie dans l’organisme. N’oublions pas que dès qu’il y a stagnation, il production de chaleur. Si on enlève la stagnation, la chaleur, la rougeur, l’inflammation disparaissent.  

Les organes méridiens où vont se diriger principalement ses effets sont ceux :

  • Des Poumons
  • Des Reins
  • Du Foie
  • De l’Estomac

Ces actions principales sont :

  • de « tiédir » le foyer-moyen (Rate-Estomac-Foie),
  • de faire circuler le Qi,
  • de dissiper les stagnations de Sang
  • de neutraliser les toxines
  • de tonifier le Reins
  • De fortifier le Yang

*Dans les compendiums de pharmacopée chinoise, il est dit que « Jiu Cai est un excellent légume contre les Xiong Bi du thorax avec douleur aiguë et transfixiante de la région cardiaque ». Cela va des crises d’angor à répétition jusqu’aux séquelles d’infarctus du myocarde par athérosclérose des artères coronaires. Les porteurs de stents, de ressorts dans les coronaires ne peuvent que tirer profit quant à la consommation de ce légume.

*En pharmacopée chinoise il est utilisé dans le coma dû à l’attaque de la chaleur. Mais aussi pour déclencher la rougeole, maladie nécessaire en MTC pour que l’enfant puisse éliminer les toxines contenues dans le sang qu’il aurait pu hériter de sa mère.

*En cataplasme, Jiu Cai est très utile en cas de lésions traumatiques, de morsures d’insectes et de scorpions.

*En cas de rétention d’urine ou de cystite, on peut appliquer sur le bas ventre un cataplasme bien chaud de poireaux cuits. De même en cas de furoncles, de gonflements goutteux articulaires.

*En lotion, le suc du poireau embellit le visage, en supprimant les rougeurs et les boutons. Il soulage aussi les piqûres d’insectes.

*Un bouillon de poireau, surtout à base de feuilles, transformé en sirop avec du miel est excellent contre les angines et les inflammations des voies respiratoires.

Que disent les recherches modernes ?

*Sa richesse en fibre est impressionnante. Il convient de privilégier les fibres présentes dans le blanc du poireau, car celles contenues dans les feuilles sont beaucoup moins digestes. Ces fibres permettent de rétablir le transit intestinal, un des éléments clés de la santé. Cette richesse en fibres augmente aussi la sensation de satiété : c’est un coupe-faim pour ceux qui ont tendance à trop manger.

*Le poireau est un concentré de sels minéraux :

  • De la silice pour la souplesse des os et de la peau
  • Du fer pour les globules rouges
  • Du magnésium pour l’activité nerveuse
  • Du soufre contre les fermentations putrides
  • De la soude contre les acidités
  • Du potassium contre les excès de graisses, contre une pression artérielle trop élevée.
  • Du manganèse pour la digestion et l’assimilation du bol alimentaire
  • Du Calcium pour le système osseux et le métabolisme en général

*Selon certaines études, le poireau est bénéfique pour l’humeur. Il contient en effet un flavonoïde, le Kaempferol, qui est un antioxydant qui permet de maintenir stable le taux de sérotonine et de dopamine, deux neurotransmetteurs importants pour lutter contre le stress et rétablir les sensations de bien-être.

*C’est un excellent diurétique qui a la capacité d’éliminer l’acide urique. Il entre dans la diététo-thérapie de la cystite et des troubles urinaires divers. Bouillons et soupes de poireaux sont alors à privilégier.

*Il est très riche en vitamines, bêta-carotène, vitamines B9. Mais aussi très riche en Vitamine C qui protège nos cellules du vieillissement et du développement des maladies. Mais la Vitamine C permet aussi de détoxifier le Foie et de favoriser l’absorption du Fer contenu dans le bol alimentaire.

*Il est riche aussi en vitamine E qui a pour rôle de protéger les tissus de l’oxydation et agit contre le vieillissement des tissus.

*Il contient des produits sulfurés et antioxydants qui lui permettent de prévenir certains cancers.

*Il est très efficace contre les inflammations aiguës ou chroniques des voies respiratoires.

Mode d’utilisation

*Le poireau peut être consommé cuit, entrer dans les plats cuisinés (quiche, tarte, omelette,  potée, pot-au-feu), en extraction de jus. Après cuisson, on peut le manger froid en vinaigrette. Son goût est intermédiaire entre l’oignon et l’asperge.

*La dose en boisson est de 35 à 75gr. Attention, sous prétexte de posséder un extracteur de jus, de ne pas dépasser la dose de boisson quotidienne qui est d’un litre en moyenne, tous liquides confondus. Donc quand vous consommez du jus de poireau, ce n’est pas plus qu’un verre à moutarde. « Le mieux est le mortel ennemi du bien » Montesquieu. 

* Lorsqu’on fait une soupe, on doit mettre une partie des feuilles. On ne consomme que le blanc avec très peu de « vert » dans les préparations culinaires.

*Les bonnes recettes ne manquent pas. Un poireau cuit à la vapeur, arrosé d’une vinaigrette à base d’huile d’olive !  Hum…et la soupe de poireau de nos grands-mères !

*Au moment de l’achat, la tige du poireau doit être droite, charnue, ferme, d’un blanc brillant, sans taches brunâtres. Les feuilles doivent être bien vertes, ni flétries, ni jaunies, ni desséchées. Avant de le cuisiner, on enlèvera la première pelure et coupera les racines.

*De début mai à début juillet on trouve les poireaux primeurs. Ils sont fins et de petite taille. Alors qu’en automne et en hiver, ils sont de plus gros calibre. Le poireau primeur  peut se conserver une ou deux semaines au réfrigérateur. Beaucoup plus longtemps au congélateur : il faut le couper en rondelles, le faire blanchir quelques minutes dans l’eau bouillante, garder une partie des feuilles vertes et ensuite le congeler.

*Il peut être utilisé en usage externe : soit une application locale de jus de poireau soit lavage avec de l’eau de cuisson, soit une application chaude de poireau grillé.

*Le bulbe cru est plus efficace pour les problèmes pulmonaires. Mais attention à la surconsommation. 

Contre-indications

En MTC, il existe des états où on doit éviter de consommer le poireau. En particulier en cas de faiblesse de Yin avec de la chaleur interne, d’ulcérations cutanées, ou de maladies oculaires.

Dans le Ben Cao Hui Yan il est dit : « Dans les furoncles toxiques, le poireau augmente la douleur et le prurit. Dans les furoncles avec pyodermite, le poireau peut majorer les symptômes ».

Meng Shen dit : « Pendant les dix jours qui suivent une maladie de la chaleur, il est déconseillé de manger des poireaux ».

De même le poireau est contre-indiqué dans la convalescence du paludisme, des furonculoses et des maladies éruptives.

Conclusion

La consommation régulière de ce légume que nous trouvons sur tous nos étals est donc bénéfique sur la fonction du Poumon. Elle permet d’optimiser les défenses immunitaires et restaure un métabolisme paresseux de l’organisme.

RENTRÉE

Bonjour à tous !

les cours de QI-GONG vont reprendre le mardi 18 septembre à 18h30.

Je sais que vous attendez cette date avec impatience…..

A bientôt

 

La Grenade

LA GRENADE  par Jean Pélissier professeur en MTC

La grenade est un fruit originaire d’Iran. C’est un des fruits les plus anciens, apprécié pour ces multiples vertus thérapeutiques et préventives.

En chinois, on l’appelle Shi Liu. C’est un des grands fruits de la pharmacopée chinoise, en particulier la « peau de grenade séchée », Shi Liu Pi.

La grenade est le fruit du grenadier (Punica granatum) de la famille des Lythracées.

Ce fruit, en forme de pomme, passant avec le temps du vert au rouge orange, doit être considéré comme un cas limite de baie puisque la pulpe n’est pas charnue, mais elle n’est pas filandreuse non plus. Son diamètre peut atteindre 15 centimètres et elle est divisée par de nombreuses parois. Chaque grenade est composée d’exactement 840 graines, chacune entourée par un sac de jus sucré et acidulé.

On en retrouve la trace dans les temps les plus reculés.  Dans la tombe d’un haut fonctionnaire égyptien de l’époque de Ramsès IV, on a retrouvé des grenades comme offrandes funéraires.

La racine, l’écorce et la peau bouillie étaient utilisées jusqu’au Moyen Âge comme vermifuge même contre les vers solitaires.

Considérée comme un des fruits du paradis, la grenade est utilisée en pays d’Islam dans la médecine arabo-musulmane. Dans l’ouvrage « at-tibb an-nabawi » de l’auteur Ibn al-Qayyim al-Jawziyya, littéralement « la médecine prophétique », l’écorce de grenade est notamment utilisée pour traiter le diabète et le cancer ! 

En Chine, elle est symbole de fertilité à cause de ses nombreux pépins.

La grenade est, avec la pêche et le citron, un des trois fruits bénis du Bouddhisme.

Que dit la médecine chinoise ?

La grenade est de saveur Douce, Acide et de nature Tiède.

Nous savons que la saveur Douce qui appartient à l’énergie de La Rate, chef d’orchestre de la digestion du bol alimentaire, a comme propriété « d’harmoniser le Centre ». La saveur Acide, à mettre en relation avec l’énergie du Foie, est astringente. Elle « retient ». Quant à la nature tiède, elle aide le Yang, réchauffe l’interne et désobstrue les vaisseaux.

Les méridiens et organes destinataires sont ceux de :

  • l’Estomac,
  • le Gros Intestin
  • Les Reins.

*Une de grandes actions en MTC est de régénérer les liquides organiques et d’arrêter la soif. C’est un fruit très désaltérant, et ce grâce à sa nature astringente. Il a un très fort pouvoir hydratant.

*On l’utilise en cas de faiblesse du Yin de l’estomac qui génère un état de chaleur : c’est le phénomène de soif, d’assèchement qui apparaît avec une sensation de langue, de bouche et de gorge sèche.

*Dans les textes il est dit que Shi Liu « fixe les intestins » et « arrête la diarrhée ». En cas de déséquilibre de l’énergie de la Rate, il y a une perte de Qi qui se produit. Les sphincters ne sont plus contrôlés et les aliments de moins en moins bien digérés. La grenade est donc un anti « selles molles » et peut entrer dans les traitements de dysenterie chronique.

*Elle possède des vertus appétitives. En tonifiant l’énergie de l’Estomac, elle favorise la digestion du bol alimentaire. Il conviendra alors de la prendre un peu avant le repas, au petit déjeuner le matin ou au goûter.

*Il est dit qu’elle atténue les effets de l’alcool, surtout quand la soif est présente ou l’agitation importante.

On retrouve quelques contre-indications :

  • Elle favorise la carie dentaire.
  • D’autre part il convient d’éviter d’en consommer en cas de faiblesse du Poumon avec la présence de bronchite chronique, d’asthme, de tuberculose.
  • Comme toute saveur douce prise en excès, elle peut favoriser l’apparition de mucosités, de Tan.

 

Que disent les recherches modernes ?

Les recherches modernes ne font  que répéter ce que dit la théorie des signatures initiée par Paracelse en Occident selon laquelle « tout ce que la nature crée, elle le  forme à l’image de la vertu qu’elle entend y attacher ». Cette théorie étant évidemment à la base de toute la pharmacopée chinoise.

En effet, les graines de grenades ressemblent à des globules rouges. Or, nous allons voir qu’on utilise ce fruit pour la prévention et le traitement des maladies cardio-vasculaires, l’athérosclérose, l’hypertension, l’insuffisance cardiaque et les maladies du système digestif. Elle favorise en parallèle la croissance des cheveux (qui sont à mettre en relation avec le sang en MTC) et des ongles (qui sont « l’extrémité du Foie » en MTC).

La médecine moderne s’intéresse de plus en plus à ce fruit « venu d’ailleurs ».

*Les arilles de grenades contiennent des Flavanols (ou catéchines) comme les cerises ou les prunes, mais en moins grande quantité. La coloration rouge des grenades vient de la présence d’anthocyanidines, des pigments naturels appelés aussi anthocyanes. 

*De par ses grandes propriétés antioxydantes, la grenade est un puissant anti-inflammatoire. Ceci est d’autant plus vrai quand le fruit est pressé entier, car les antioxydants sont présents en grande quantité dans les membranes blanches qui entourent les graines.

*Les polyphénols du jus de grenade fermenté semblent être particulièrement efficaces aussi contre le cancer de la prostate. Non seulement préventivement, mais des patients atteints de ce type de problème ont pu maintenir stable leur taux de PSA quatre fois plus longtemps qu’avant le traitement en prenant chaque jour un verre de jus de grenade. On a retrouvé des résultats similaires dans certains cancers du côlon et du sein.

*Les personnes atteintes de cardiopathie voient leur circulation sanguine améliorée dans les artères. De même, une prise régulière de jus de grenade permet de diminuer le taux de cholestérol total et de « mauvais » cholestérol (LDL). Ce fruit est donc intéressant chez les personnes diabétiques ayant un taux élevé de lipides sanguins. Il est aussi capable de réguler la pression sanguine chez certains hypertendus.

*Le jus de grenade a un effet « neuro-protecteur ». C’est une excellente boisson préventive des maladies dégénératives du cerveau comme la maladie d’Alzheimer.

*Les extraits de grenade peuvent bloquer certains enzymes connus pour endommager les articulations chez les personnes atteintes d’arthrose.

*La grenade est très bonne pour traiter les maux d’estomac, les bouffées de chaleur, les hémorroïdes, la conjonctivite. Elle permet de stimuler les défenses immunitaires.

*En relation avec ce que dit la MTC, la membrane blanche qui se trouve à l’intérieur de la grenade est très bonne pour arrêter les diarrhées, traiter les ulcères de la bouche et de la gorge.

*La peau de la grenade a des propriétés très intéressantes pour réduire les rides et les ridules et pour fournir à la peau du visage une hydratation quotidienne naturelle. Elle soutient la régénération des cellules et prévient l’apparition de l’hyperpigmentation et des taches sombres.

*Boire régulièrement du jus de grenade renforce les follicules pileux et réduit fortement la chute des cheveux en automne et au printemps, rendant les cheveux plus sains et plus brillants.  L’huile de grenade à des effets spectaculaires sur la réduction des pellicules.

Mode d’utilisation.

La partie comestible des fruits frais est formée de l’arille, l’enveloppe charnue rouge entourant la graine. Les fruits sont cueillis de septembre à décembre. Une petite particularité : les fruits ne continuent pas à mûrir après la cueillette. Ils font partie des fruits dits non climatériques.

Au moment du choix, les fruits doivent être fermes, ronds.

Prenez les plus lourds pour leurs tailles afin qu’ils soient plus juteux. La peau doit être lisse, brillante et sans coupure. En les tapotant, vous devez entendre comme un son métallique.

Les fruits peuvent être stockés pendant quelques semaines dans un endroit frais et sec. Encore mieux au réfrigérateur. Les jus frais doivent être réfrigérés et consommé dans les deux ou trois jours suivant leur pressage.

Vous pouvez les consommer nature, à la cuillère, en jus, en sirop. Certains incorporent les grains dans des salades, des sorbets…

En jus, vous pouvez détacher la membrane branche et presser les graines dans un presse-agrume. Dans une centrifuge, vous pouvez garder cette membrane. Les vertus thérapeutiques n’en seront que meilleures.

Conclusion

La grenade aux vertus trop méconnues est un fruit qui joue un rôle important dans la pharmacopée chinoise. Mais comme toujours, variez le plus possible vos différents apports de fruits et de légumes. Et si vous décidez de faire une cure de ce fruit, qu’elle ne se prolonge pas au-delà de neuf jours.

Et attention au quantitatif. Ce n’est pas parce que vous allez en boire deux litres par jour que vous allez obtenir les résultats escomptés. Bien au contraire ! La règle des « neuf » jours tient une place centrale dans la diététique chinoise.