Prévention

Inspiré d’un texte de Jean Pélissier, professeur de MTC

Vous l’avez compris, la prévention doit être au centre de nos « actes de vie ».

Or, une vie entière peut se résumer en une journée.

À partir du lever, jusqu’au coucher, vous allez passer par toutes les saisons de la vie, avec comme point d’orgue, midi qui est à l’apogée de votre vitalité. 

Deux mots que vous devriez répéter tout au long de la journée, un peu comme un mantra : « je souris » et « je respire ». 

Le sourire à une incroyable puissance pour vous permettre « d’ouvrir votre cœur » et faire circuler vos énergies. Et surtout, il potentialise la captation de l’énergie qui vous entoure. 

La respiration est le soufflet de votre vitalité.

C’est elle, quand elle est conscientisée, qui vous permet de recharger votre batterie des reins, sous-entendu l’incroyable pouvoir d’adaptation et d’auto-guérison de votre corps.

C’est cette respiration qui permet de vous créer une véritable barrière protectrice empêchant entre autres la pénétration des intrus : virus, microbes, bactéries…

Bref, c’est à tout moment de la journée que vous devriez vous poser la question :

« Est-ce que je respire, ou suis-je en apnée ? ».

 

En dehors de ces deux mantras, optez pour la RÉGULARITÉ.

Le cosmos, la nature qui nous entoure, l’entièreté des fonctions de notre corps ont comme point commun dans leur mode de fonctionnement, ces deux mots : 

Rythme et régularité

Cadencez vos journées en mangeant aux mêmes heures.

Ceci est tout aussi important pour les heures de lever et de coucher. 

Insérez dans votre quotidien une à deux fois dix minutes de relaxation, ou/et, dix minutes de méditation assise, un quart d’heure de Qi Gong ou d’exercices permettant de conserver la souplesse de toutes vos articulations, afin de libérer la circulation de l’énergie et réguler vos organes internes. 

Et chaque fois que vous pouvez, montez et descendez des marches d’escalier, et surtout marchez encore et encore, toutes ces pratiques devant se faire en pleine conscience. 

Ne dites jamais : « je n’ai pas le temps ».

C’est vous le capitaine de votre vie.

Huit heures pour dormir, huit heures pour travailler (et heureux celui qui s’amuse en travaillant) et huit heures pour vous occuper de vous et des autres 

Cette ritualisation des actes de vie vous permet de déboucher sur un état de pleine conscience quasi permanent.

Et n’oubliez pas : « Votre batterie rechargée à bloc vous devenez invulnérable et la peur se dissout comme neige au soleil ».

Au sujet de la PEUR, je voudrais partager ce très beau texte de Khalil Gibran :

On dit qu’avant d’entrer dans la mer, une rivière tremble de peur.

Elle regarde en arrière le chemin qu’elle a parcouru, depuis les sommets des montagnes, la longue route sinueuse qui traverse des forêts et des villages.

Et, devant elle, elle voit un océan si vaste, qu’y pénétrer ne paraît rien d’autre que devoir disparaître à jamais.

Mais il n’y a pas d’autre moyen.

La rivière ne peut pas revenir en arrière.

Personne ne peut revenir en arrière. Revenir en arrière est impossible dans l’existence.

La rivière a besoin de prendre le risque d’entrer dans l’océan parce que c’est alors seulement que la peur disparaîtra, parce que c’est là que la rivière saura qu’il ne s’agit pas de disparaître dans l’océan, mais de devenir océan. »

Nous sommes comme la rivière, le changement nous fait peur : nous ne savons pas encore que « Nous sommes le Changement » !

Un mot de Martine !

Bonjour à tous et toutes

En raison des contraintes sanitaires (pass obligatoire et contrôle de chaque pass)

les cours des mardis et jeudis sont suspendus en  attendant que ces mesures soient abolies.

Le cours du mercredi aura lieu en visioconférence de 20h30 a 22h.

Les inscriptions de personnes nouvelles ne se feront qu’a la reprise en salle.

Pour les adhésions à l’association elles se feront à la reprise en salle.

J’espère très fort que tout ira bien

et que la vie reprendra son cours

et pour ma part je m’adapterai à la situation en respectant mon ressenti.

Portez vous bien.

Conscience

Un texte de Jean Yves Leloup, philosophe.

« Virus, vaccins… Terrain ?

Bien qu’on m’y invite,

je n’entrerai pas dans ces querelles de marcassins déjantés et de cyborgs bien coiffés.

Je ne dirai jamais ce qu’il faut penser,

je dirai toujours qu’il faut penser.

Je ne dirai pas qu’il faut se faire vacciner

ou qu’il ne faut pas se faire vacciner ;

je dirai qu’il faut être conscient et conscient de sa conscience,

car le terrain c’est la conscience

et c’est souvent le terrain qui crée la maladie.

Selon l’état de conscience dans lequel nous sommes,

le placebo peut devenir un vrai remède,

le vrai remède peut devenir un pur poison.

Tuer un moustique ne transforme pas un marécage ;

assainir ou transformer le marécage

nous délivrerait mieux de tous les moustiques.

On le sait : « tuer un virus donne naissance à un autre

et pour chaque variant il faudra un nouveau vaccin… »

Combien faudra-t-il tuer de moustiques

avant de penser à changer l’eau du marécage ?

Ce n’est pas le moustique qui fait le marécage,

c’est le marécage qui fait le moustique.

L’eau de notre corps est sensible à nos pensées,

cela a été suffisamment montré.

De nouveau, le terrain c’est la conscience ;

transformer notre conscience

a des incidences évidentes sur l’eau qui nous constitue.

Y-a-t-il une autre voie pour assainir nos marécages ?

A notre liberté de conscience,

pourquoi préférons-nous la soumission

ou la démission de conscience ?

Pourquoi préférons-nous tous ces petits inquisiteurs

qui nous disent ce qu’il faut penser ou ne pas penser,

ce qu’il faut faire ou ne pas faire ?

Tous ces « bienveillants »

qui veulent notre bonheur en nous dispensant de notre liberté.

« Du fardeau de notre liberté » disait Dostoïevski.

Est-ce vraiment un fardeau ?

N’est-ce pas plutôt un exercice ?

Un exercice d’approfondissement de notre conscience ?

Découvrir en nous,

un espace qui n’est pas piqué par les moustiques,

rongé par les virus,

altéré par les vaccins ;

un silence, une liberté,

qui ne se laisse détruire ni par les mots,

ni par les ordres,

ni par les idées, ni par les émotions…

Un peu de calme dans la cité,

une oasis dans le coeur,

sensible à la beauté du ciel

et à la souffrance des hommes.

Un je ne sais quoi de pure conscience

ou de pure présence,

qui ne rajoute pas du bruit au bruit,

de la douleur à la douleur.

Une conscience ou un amour,

calmes et silencieux,

est-ce de ce côté là qu’il faut chercher une issue ?

Vacances !

Après cette année où rien n’a été simple,

où nous avons appris tellement sur le monde, 

sur nous, sur notre rapport à l’autre, 

nous vous souhaitons de belles vacances !

Les cours seront assurés jusqu’au

Jeudi 8 juillet 2021

et la reprise des cours se fera le

Mardi 21 septembre 2021

Un énorme merci à Martine qui a tenu à nous assurer autant que possible

la transmission du Qi Gong,

sur internet, sur le parking, dans la nature, dans des lieux publics ou privés…

A bientôt, et n’oubliez surtout pas de vivre

ICI et MAINTENANT !

Qi Gong dans la nature !

POUR NOUS RETROUVER ENFIN !

Le Samedi 26 juin 2021 

nous vous proposons de vivre le Qi-Gong en pleine nature.

De 10h à 16h à ARVIGNA

promenade, pratique du qi-gong, méditation, découverte de la nature, amitié …..

N’oubliez pas vos chaussures de marche, ou baskets, votre chapeau, crème solaire, boissons et votre pique nique !

Le parcours est aisé, mais nécessite une bonne forme physique.

Nous pratiquerons dans le respect des normes d’hygiène en vigueur, aidés du bon sens et de l’amour universel !

Lieu de rendez-vous:

à 10h, parking derrière la Mairie d’ARVIGNA

ou à 9h30 sur le parking de la Mairie de la Tour du Crieu pour un co-voiturage

Connectez vous à l’énergie de la Nature !

 

Inscriptions auprès de Martine au 06 76 99 61 55

En cas d’intempéries cet évènement sera déplacé à une date ultérieure.

Bonne Année du Boeuf de métal !

L’année chinoise du Boeuf commence le 12 février 2021

Avec le Bœuf de métal comme nouvelle égérie de l’année chinoise,

il va falloir se remettre au travail et s’attacher aux valeurs traditionnelles et terriennes

(comme le travail, la famille, la prudence, la constance, ou la persévérance).

Passons à l’action cette année, prenons des responsabilités, mais sans brusquer les choses.

Il faudra assurer, consolider, construire !

Ce Bœuf-là nous rappelle (à l’instar de Jean de La Fontaine)

que “Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage”.

Ainsi les qualités du métal (fermeté, rigidité, persistance, force et détermination)

s’ajoutent aux attributs du bœuf

(fort, fiable, juste, consciencieux, calme, patient, méthodique, digne de confiance et opiniâtre).

Bonne année du bœuf de métal à tous !

Bonne Année 2021 !

Que cette nouvelle année 2021

soit pour tous

un pont vers le meilleur,

un pont vers soi-même,

un pont vers la réconciliation

avec notre nature humaine, 

animale, divine.

Les cours reprennent avec Martine par visioconférence mardi 5 janvier.

Noël 2020 !

par Martine

 

Bonjour à tous et toutes,

c’est la période de Noël, temps privilégié de l’année,

temps le plus yin de l’année

qui nous demande de descendre encore plus profondément en nous même

à la rencontre de notre nuit.

Tout cela pour mieux laisser émerger notre jeune yang du printemps.

Acceptons  cela parce qu’à l’image du singe dans son lac de la sérénité

nous savons que tout est en nous

la graine, l’arbre, les feuilles, les fleurs et les fruits.

Dans notre crèche (le dan tian inferieur) l’enfant est là,

accueillez le, chérissez le,

faites le grandir.  

Je vous souhaite un très beau Noël

dans la lumière et la sérénité.

à bientôt

dans la joie  de vous retrouver

tous et toutes pleins de qi,

je vous embrasse tres fort

      MARTINE

LA TRISTESSE

Nous voilà privés de pratique en commun, privés momentanément de la belle présence de Martine…..

En médecine chinoise la tristesse est l’émotion associée au système poumon.

Le mouvement de l’énergie de cet organe est la descente, le repli.

En cas de mélancolie, le mental va affaiblir et nouer l’énergie du poumon.

L’affaiblissement du système poumon engendre fatigue, essoufflement, affaiblissement de la voix et du tonus général, ce qui aggrave encore l’état de tristesse.

La mélancolie doit être combattue, car elle endommage rapidement d’autres systèmes, en particulier le coeur, la rate et le rein.

Je vous propose cette semaine deux stratégies pour lutter contre la mélancolie et ses conséquences:

Automassage:

Le point Yun Men, appelé aussi la porte des nuages, se trouve sous les clavicules, entre le centre et l’épaule. Ce point nous reconnecte à l’énergie du ciel, à l’énergie du poumon.

  • Croisez les bras sur la poitrine.
  • L’extrémité des majeurs et index se pose naturellement sur le point.
  • Presser doucement et masser en tournant 9 fois dans chaque sens.
  • Ouvrez ensuite en grand les bras en inspirant profondément.

Pratiquez le matin ou lors d’un accès de tristesse.

Mouvement de Qi Gong:

Ce mouvement se propose d’étirer nos ailes en ouvrant la poitrine, et stimulant le méridien du poumon.

  • Debout, pieds, parallèles, colonne étirée, Ba hué vers le ciel, épaules relâchées et regard à l’horizon.
  • Les bras montent de chaque côté du corps, paumes vers le bas.
  • Arrivées en haut les mains se retournent vers le ciel, puis redescendent doucement de chaque côté.
  • Les mains se joignent dans le dos, doigts croisés à l’arrière du corps.
  • Les épaules sont étirées en arrière et la poitrine s’ouvre.
  • Relâcher et recommencer 15 fois.

Ne pas cambrer le dos, inspirer en montant les bras et en étirant en arrière. Bien vider les poumons en relâchant.

Prenez soin de vous, de votre corps, de votre esprit, de votre âme !